Carnets

libres et hétéroclites

#poème

Larmes

Soudain tu pleuras.

Tu demandas aussitôt pardon

d’exposer ainsi ton émotion.

Pleure ô belle inconnue !

La faiblesse n’est pas dans les larmes

mais dans les poisons qui ne s’écoulent pas.

Pleure donc !

Dans ce bref dialogue liquide

je reconnus une sœur.

Publié par Cédric Laffineur,le 16/10/2021

Politiques

Les pieds dans la fange,

ils croient diriger le monde...

Le temps les emporte!

Publié par Cédric Laffineur,le 09/09/2021